Présentation collque

Université de Strasbourg – Conseil de l’Europe
Colloque International
Jeudi 7 avril et vendredi 8 avril 2016
Palais de l’Europe à Strasbourg

La couleur dans l’aménagement des espaces de santé

L’humanisation des espaces de santé et des dispositifs médicaux marque une tendance de la société contemporaine occidentale. Dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les EHPAD, les Instituts Médico-Éducatifs, les cabinets privés, les établissements de soins, les pharmacies, les centres de balnéothérapie, l’on oeuvre à des opérations d’embellissement qui prennent en compte le confort physique et psychologique du personnel, des patients et de leurs proches.
Dans ce contexte la couleur, qu’elle soit neutre ou expressive, appliquée en surfaces monochromes ou en motifs multicolores, semble constituer un élément majeur. Elle décore rapidement les murs, les sols et les plafonds des salles d’attentes, des chambres, des couloirs et des blocs opératoires, grâce à la peinture ou aux revêtements teintés dans la masse. Elle se présente parfois sous la forme de tableaux empruntés à des artistes, ou simplement par les meubles, les objets usuels et les plantes, et participe activement à la signalétique des lieux. Et dans les établissements thermaux, la pierre, le bois et la céramique que valorisent des éclairages sophistiqués perfectionnent l’image de nature et de pureté.
Aussi, avec la conviction partagée que les espaces riches de couleurs, de graphismes inventifs et d’expositions pertinentes concourent au bien-être de tous, on s’interrogera sur la place et le rôle de la couleur dans les aménagements des espaces de santé.
Or la couleur est fugace. Elle se définit et se communique difficilement ; elle est ressentie différemment selon les individus, les lieux, les conditions climatiques et l’humeur. Elle confine à l’affectif au point que certains transforment intégralement maison et garde-robe pour une couleur fétiche. À l’inverse, elle peut provoquer l’irritation et le dégoût. De plus, selon de nombreuses sources inspirées par les théories de Goethe, les couleurs auraient la faculté de soigner certaines maladies nerveuses et mentales, et produiraient même des effets sur le corps humain tout entier.
Mais la couleur est source de confusion quand se mélangent les domaines du subjectif et du rationnel : l’art, le symbolisme, les technologies, la physique et la chimie, la médecine et les nombreuses thérapies du bien-être. Les fusions entre les différents territoires d’application sont souvent fertiles et créatives mais parfois aussi ambiguës, notamment quand se mêlent les clichés rudimentaires et les intérêts mercantiles.

14 septembre 2016
Denis Steinmetz